Voyance par téléphone avec Cathy

Voyance par téléphone avec Cathy

Voyance par téléphone avec CathyPubli rédactionnel réalisé par Martine Bonjolis spécialiste de la voyance et des sciences ésotériques.

Martine Bonjolis - Vous êtes actuellement reconnue comme une des rares spécialistes du couple, de l’amour, considérée comme une parmi les meilleures en voyance par téléphone affective et sentimentale de France, comment en êtes-vous arrivée là ?

Cathy - Déjà à l’école primaire, mes amies venaient à moi pour une voyance gratuite, pour que je les aide à avoir un petit copain ou pour leur dire ce qui allait leur arriver grâce à mes capacités. Plus tard à l’adolescence en plus de l’image que j’avais auprès des autres élèves d’être une excellente conseillère pour nouer les couples, je me suis mise à rabibocher les couples : une vraie petite sorcière qui arrivait à réconcilier mes amis lorsqu’ils ou elles avaient une rupture…

Martine Bonjolis – Vous parlez de sorcellerie ? Vous faites de la voyance et de la magie, retour d’affection, envoûtement et toutes ces choses en magie blanche ou magie noire ?

Cathy – Non, je dis sorcière car les gens autour de moi disaient que j’avais un don : le don de réunir deux êtres ou de provoquer l’amour, et de voir et prédire l’avenir en voyance.

Martine Bonjolis - La voyance et ce don pour rapprocher les couples, cela vous est arrivé comme cela ? Vous faisiez comment ?

Cathy - Vous savez, ma mère était une voyante renommée pour sa voyance précise dans ma région, mon grand-père était guérisseur et médium donc j’ai baigné toute ma jeunesse dans ce milieu et j’ai toujours vu ma famille aider les autres.

C’est peut-être pour cela que j’ai toujours trouvé naturel le fait de me mettre au service de mes amies puis des personnes qui me demandaient de leur venir en aide pour leur couple par une voyance gratuite puis payante une fois à mon compte.

Martine Bonjolis - Vous avez donc exercé la voyance gratuite très tôt car vous étiez voyante de naissance et avez décidé de faire de ce don votre profession comme vos parents en faisant payer vos services.

Cathy - Oui et non, c’était plutôt un jeu pour moi, lorsque je faisais cela gratuitement, je n’appelais pas cela la voyance. Je voyais, c’est tout ! Les conseils que je donnais autour de moi se révélaient judicieux et justes : c’était tout naturel pour moi.

Je ne rêvais pas d’exercer la voyance, mais plutôt d’une profession en rapport avec les voyages. Mais, vous savez… on dit que pratiquement toutes les choses qui nous arrivent sont écrites et que l’on rejoint toujours sa destinée. J’ai entrepris très tôt des voyages durant lesquels j’ai rencontré des personnes qui étaient très proches des autres qui s’intéressaient à la nature, à ses forces, aux religions, à l’ésotérisme et bien sûr à l'art divinatoire.

Où que j’aille, sans m’en apercevoir ni le vouloir, je me plongeais dans mes racines. C’était comme un cheminement, un parcours spirituel que l’on me faisait suivre jusqu’au jour où le fait de m’installer comme voyante s’est imposé à moi et j’ouvris mon propre cabinet de voyance.

Au début je n’ai jamais pensé faire autre chose que de la voyance gratuite, ce sont les personnes qui me consultaient qui me disait qu’il fallait que je me fasse payer.

Martine Bonjolis – Pourquoi n’avoir pas pris la succession de votre mère en reprenant son cabinet ?

Cathy - Sans critiquer sa façon de procéder, sa méthode n’était pas la mienne. J’étais jeune, j’avais envie de dépoussiérer la profession. Mes clientes avaient mon âge, nous étions modernes et je voulais donner l’image de la copine à qui l’on peut demander conseils sans culpabiliser ou avoir honte. C’est même ce qui m’a amené à faire de la voyance par téléphone. On doit être capable d’avoir une réponse à ses questions, à ses problèmes lorsqu’ils surgissent. Si l’on doit prendre rendez-vous dans un cabinet cela peut prendre plusieurs jours sans compter qu’il faut parfois faire des centaines de kilomètres pour rencontrer un cabinet fiable et sérieux. Alors que la voyance par téléphone est très pratique et évite bien des stress ou des erreurs grâce à sa rapidité.

Martine Bonjolis - Beaucoup de personnes pensent qu’il est préférable de se rendre dans un cabinet de voyance car elles pensent qu’il est impossible de voir par téléphone ou que les prédictions ainsi délivrées soient juste.

Cathy - Si l’on est réellement voyant ou voyante, on n’a pas besoin de la présence de l’autre pour voir précisément, avoir des flashs fiables et précis ou pour faire une voyance datée. Certaines voyantes préfèrent exercer en cabinet car elles peuvent se servir du physique de la personne qui les consulte pour avoir des indices sur leur vie.

Je préfère personnellement la voyance par téléphone car je peux faire preuve de mes dons, de mes capacités de naissance. Concernant la gratuité, toute peine demande une rémunération. Je vois mal comment je pourrais vivre et payer mes charges si je ne faisais que de la voyance gratuite. De plus, comme me l’a dit un prêtre un jour, mon don vient de Dieu donc si le fait de demander de l’argent en contrepartie était mal, Dieu m’aurait retiré immédiatement ce don qu’il m’a donné pour aider et guider les autres.

Martine Bonjolis - Faites-vous toujours plaisir aux personnes qui vous consultent ? Vos dons vous permettent-ils de rendre toutes les personnes qui vous consultent heureuses ?

Cathy - J’essaye toujours de faire de mon mieux, de mettre mes dons au service des autres. Lorsque je peux aider quelqu’un je le fais avec plaisir. Ce n’est pas parce qu’une personne souhaite une chose que cette dernière se réalisera. Dans ce cas j’essaye d’aiguiller la personne qui me consulte en voyance par téléphone vers ce qui est le mieux pour elle et qui lui apportera joie, équilibre, stabilité et bonheur.

« Voyance par téléphone : voir les autres voyants